Soccer City, comme si de rien n'était

Publié le par Pierrick Lieben

Ni vraiment une inauguration officielle, ni totalement un test grandeur nature... Etrange journée à Soccer City que celle du 26 mars.

 

Fierté nationale dans les tribunes de Soccer City - Pierrick Lieben 2010Le stade sera sous les projecteurs le 11 juin prochain, lors du coup d'envoi de la Coupe du monde de football. Et un mois plus tard, cette calebasse géante sera à nouveau au centre de toutes les attentions, au moment où se jouera la finale.

 

Mais à moins de 80 jours du lancement de la compétition, on travaille encore autour de l'arène. Et on fait la fête en ce vendredi ensoleillé.

 

La ville de Johannesburg a invité 20.000 personnes - pour l'essentiel des fonctionnaires municipaux - à prendre place dans "leur" stade, afin qu'ils voient d'eux-mêmes le résultat de trois années de travail. Car évidemment, "Soccer City is ready", selon le maire Amos Masondo.

 

Amos Masondo, le maire de Johannesburg - Pierrick Lieben 2010

Amos Masondo, le maire de Johannesburg - Pierrick Lieben 2010

 

 

Au programme de cette journée, un mélange de courts entractes et de matches de gala.

 

Des rencontres très amicales, pour la plupart d'une durée de 20 minutes, sur une moitié de terrain, le tout entre conseillers et fonctionnaires des services municipaux, mais aussi employés de la ville, comme de la province, et constructeurs du stade. Bonne ambiance garantie !

 

Avec petite démo de beatbox...

 

Pierrick Lieben, avec Leclerc Varennes-sur-Seine

 

Ou, encore plus impressionnant, du football freestyle.

 

Pierrick Lieben, avec Leclerc Varennes-sur-Seine

 

Mais il y a quand même quelques hics.

 

 

Une journée pour les employés

 

Trois semaines plus tôt, cette journée était présentée comme le premier événement sportif que le nouveau Soccer City devait accueillir.

 

Courte pause pour les ouvriers - Pierrick Lieben 2010Le 26 mars, c'est devenu un "Employee Soccer Day" : une simple journée "d'encouragement" pour entretenir la fibre du ballon rond au sein des équipes municipales, et un moyen aussi "de récompenser" les ouvriers qui ont oeuvré sur le chantier.

 

Des ouvriers qui soit n'étaient pas présents, car leur contrat à durée déterminée était échu depuis belle lurette, soit étaient bien là... mais seulement pour quelques instants de répit, bien trop occupés qu'ils étaient à poursuivre leur travail dans les allées du stade.

 


De drôles de tests

 

Trois semaines plus tôt, cette journée était présentée comme le premier test avec public menée sur l'infrastructure.

 

Une foule parsemée pour le premier événement ouvert au public à Soccer City - Pierrick Lieben 2010

Une foule parsemée pour le premier événement

ouvert au public à Soccer City - Pierrick Lieben 2010

 

Le 26 mars, c'est toujours d'actualité, affirme Sibongile Mazibuko, en charge de l'organisation de la Coupe du monde à Johannesburg.

 

 

Mais on peut se poser des questions. Comment savoir si le contrôle des billets fonctionne, quand aucun ticket n'est requis à l'entrée ? Comment analyser les mouvements de la foule, quand aucune place attribuée n'est prévue ? Comment vérifier que les toilettes et les cuisines sont opérationnelles, quand seulement quelques unes sont ouvertes ?

Le public arrive, un engin de chantier passe ! - Pierrick Lieben 2010

Sibongile Mazibuko reconnaît que le travail continue : la FIFA est en train de poser des câbles et d'aménager les salons du stade, tandis qu'à l'extérieur, il s'agit surtout "d'embellissement".

 

Bien sûr, de tout cela, le public n'en a cure. Tous sont conquis. Et fiers. Mais il suffit d'observer le stade, ses allées et ses alentours, pour comprendre qu'il y a encore du travail avant que Soccer City ne soit vraiment prêt...

 

Au bord du terrain... - Pierrick Lieben 2010

Au bord du terrain... - Pierrick Lieben 2010

 

Même la pelouse souffre - Pierrick Lieben 2010

Même la pelouse souffre - Pierrick Lieben 2010

 

Le vendeur de vuvuzelas et de makarapas est, lui, bel et bien prêt ! - Pierrick Lieben 2010

Le vendeur de vuvuzelas et de makarapas

est, lui, bel et bien prêt ! - Pierrick Lieben 2010

 

 

Les bonus de French Bafana !

 

Rien que pour vos yeux, un aperçu de ce que verront les spectateurs de la toute dernière rangée de Soccer City, tout en haut de la calebasse !

 

Pierrick Lieben avec Leclerc Varennes-sur-Seine

 

Le match qui se joue était le dernier de la journée et le seul à s'être déroulé sur l'ensemble du terrain.

 

Et pour terminer, un message à tous les lecteurs de FrenchBafana.com !

 

Un groupe en forme ! - Pierrick Lieben 2010


Ce groupe de Sud-Africains, échauffés par le soleil et quelques boissons, a en effet une information importante à faire connaître...

 

 

Ca a le mérite d'être clair !

 


A bientôt sur FrenchBafana.com !

FCR FrenchBlog Feb2010

Publié dans Corner

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Clovis Simard 08/10/2012 22:58

voir mon blog(fermaton.over-blog.com)

chris 30/04/2010 22:35


pendant ton absence tu as pris des cours de freestyle?
n'y a t'il pas un évènement en RSA actuellement sur le freestyle?


Pierrick Lieben 01/05/2010 13:45



Malheureusement non...


Mais on peut s'entraîner en France au côté des meilleurs professionnels. Car en effet, il y avait la semaine dernière le plus grand rassemblement de freestylers au Cap et c'est un Français qui
remettait son titre de champion du monde en jeu... Un peu de patience, un article sera à venir à ce sujet sur FrenchBafana.com !


Mais je vois que tu es bien renseignée...!



maya 30/04/2010 22:33


le message des fans est très compréhensible 'nous aimons le football'
phanie a quelque soucis auditif!!!!
ils fournissent des jumelles pour les gens au dernier rang?
les prix des places sont a combien?


Pierrick Lieben 01/05/2010 13:43



Soccer City n'est pas si mal pour les gens du dernier rang, car globalement, le stade ressemble à une arène et ne comporte aucune piste d'athlétisme autour, ce qui permet d'avoir quand même une
bonne vue du terrain et d'être relativement près.


Quant au prix, il faut compter entre 14 euros (prix pour les matches du premier tour et réservé aux Sud-Africains) et 630 euros (pour les meilleures places à la finale). Hormis les matches de
poule, ça tourne généralement autour de 100 euros le billet. Vous en voulez un ?!



Phanie 30/04/2010 21:50


Qu'est ce donc le makarapas ? Je pense qu'une photo ne s'affiche pas à cet endroit car 2 fois la même légende. En effet, le message de vos fans est incompréhensible. Merci pour les informations sur
ce pays. Bonne continuation. A d'autres aventures.


Pierrick Lieben 01/05/2010 13:38



Le makarapas, c'est le casque de chantier sculpté par les supporters de foot et décoré aux couleurs de l'équipe... dans les articles sur le Derby de Soweto, vous en verrez plein !