Ne m'appelez plus Pretoria (1) : Union Buildings, ses fleurs et ses statues

Publié le par Pierrick Lieben

FrenchBafana.com vous emmène à la découverte de Pretoria ! Capitale de l'Afrique du Sud, la ville a été débaptisée en 2005. Elle s'appelle désormais Tshwane (cf. ci-bas pour plus d'information). Un nom plus africain, pour une cité encore très afrikaner.

Première escale du voyage :

Union Buildings vue de plus près
Union Buildings - Pierrick Lieben 2010


Siège de la présidence


Union-Buildings-est-fleuri.jpgNe vous fiez pas à son nom : comme vous pouvez le voir, Union Buildings n'est pas un gratte-ciel moderne en verre, mais un palais néoclassique en grès.

Les bâtiments ont été construits au début du XXè siècle pour abriter la présidence sud-africaine. Sur les hauteurs de Pretoria, ils sont entourés de jardins fleuris et très arrosés : l'Afrique manque d'eau, pas l'herbe d'Union Buildings !



Refuge des figures afrikaner

Depuis 1994, le locataire de ces lieux est un Africain... mais ne cherchez pas le moindre monument célébrant l'histoire des Noirs dans les jardins d'Union Buildings. Ici, Nelson Mandela n'a pas de statue. Les colons blancs, si.

Louis Botha, par exemple, occupe une place de choix.

zBotha devant Union Buildings
Louis Botha a été un chef militaire boer, engagé contre les Anglais,
avant d'être Premier ministre - Pierrick Lieben 2010

Représenté sur son cheval, il est le premier Premier ministre de l'Union sud-africaine, proclamée en 1910. C'est sous son gouvernement que le Native Land Act est adopté. Cette loi prive les Africains de leurs terres, et les rejette sur une infime portion du territoire.

Il est également celui qui engage l'Afrique du Sud dans la Première guerre mondiale aux côtés du Royaume-Uni et de la France. Près de 2.000 hommes ont ainsi combattu dans les Flandres. Un monument leur rend hommage juste en face de l'entrée d'Union Buildings.

James Hertzog
n'est pas en reste.

zHertzog devant Union BuildingsJames Hertzog, un nationaliste afrikaans décomplexé - Pierrick Lieben 2010

Il est la figure même du nationalisme afrikaans de l'entre-deux guerres. Fondateur du premier Parti national, il est un fervent partisan de la ségrégation raciale.

En 1924, James Hertzog devient Premier ministre. La crise de 1929 l'oblige à faire alliance avec les libéraux. Dix ans plus tard, il quitte le gouvernement : isolationniste, il n'accepte pas que l'Afrique du Sud s'engage dans la Seconde guerre mondiale aux côtés des Alliés. Il rejoint alors le parti raciste de Daniel Malan. Le même qui mettra en place l'apartheid.


20100301 040Vue panoramique de Tshwane - Pierrick Lieben 2010
(cliquez dessus pour agrandir)


Comment tu t'appelles ?


Petite parenthèse, pour vous expliquer le titre de cette nouvelle série.

L'Afrique du Sud s'est lancée depuis quelques années dans une politique "d'africanisation" des noms de villes et de rues. Le changement d'appellation le plus spectaculaire reste, bien sûr, celui de la capitale du pays.

En réalité, Pretoria existe toujours, mais ne désigne plus que le centre de la cité. Elle est englobée dans Tshwane.

Tshwane côté jardinAperçu de Pretoria/Tshwane, vu des jardins d'Union Buildings
- Pierrick Lieben 2010

Pretoria tire son nom du fermier boer Andries Pretorius. Il s'est rendu célèbre lors de la tout aussi fameuse bataille de la Blood River, le 16 décembre 1838 (date très importante dans l'histoire sud-africaine). Les Blancs, emmenés par Pretorius, remportent alors une victoire décisive sur les Zoulous, littéralement massacrés, bien qu'en supériorité numérique.

Autrement dit, Andries Pretorius est célébré comme un héros par les Afrikaners, et considéré comme un bourreau par les Africains.

TshwaneQui est Tshwane, alors ? Au moins deux interprétations existent. La première veut que Tshwane ("petit singe", en langue tswana) désigne la rivière qui traverse la ville, comme l'auraient appelée les premiers hommes qui s'y sont installés. La seconde attribue ce nom au fils du chef installé ici au début du XIXè siècle.

Dans tous les cas, Tshwane permet de renouer avec l'histoire africaine de la ville, et de refermer la parenthèse afrikaans... même si celle-ci se manifeste encore ouvertement au travers des statues d'Union Buildings.


A bientôt sur FrenchBafana.com !

FCR FrenchBlog Feb2010

Publié dans Hors-jeu

Commenter cet article

SISTER1 16/03/2010 18:54


bonne remarque sur le fait d insérer une carte.
C'est bien , pas la peine de payer un billet d'avion , on visite assis derrière son ordi.


dany 16/03/2010 09:07


merci pour ce tour de prétoria
attendons d'autres visites


Pierrick Lieben 16/03/2010 10:14


J'espère continuer le tour de Pretoria dans les prochains jours... avant de passer à un autre endroit (Johannesburg, comme le demandait Maya, par exemple).


chris 16/03/2010 08:23


pourrais tu nous mettre une petite carte du pays pour que l'on situe les lieux visités ou a voir?


Pierrick Lieben 16/03/2010 10:07


Bonne idée ! Je vais me mettre en quête d'une carte...


maya 16/03/2010 08:20


la capitale c'est Johannesburg? quelle est son histoire?


Pierrick Lieben 16/03/2010 10:06


En fait l'Afrique du Sud a plusieurs capitales : Pretoria/Tshwane pour le gouvernement et les ambassades ; Le Cap, capitale parlementaire ; Bloemfontain, capitale judiciaire ; Johannesburg
"capitale" économique et financière.
Pour l'histoire de Joburg, il faut que je réfléchisse à faire un article sur le sujet...