Maintien de l'ordre "à la française" pendant le Mondial

Publié le par Pierrick Lieben

La France ne va peut-être pas gagner la Coupe du monde, mais elle n'aura pas tout perdu en Afrique du Sud...

 

Prêt à en découdre - Pierrick Lieben 2010

Les Bleus ont déjà marqué des points, grâce à leur coopération avec les autorités sud-africaines... Une coopération qui devrait se poursuivre après le Mondial.

 

Mais ces Bleus-là ne jouent pas au ballon. Ils sont plutôt du genre à manier le bâton !

 

La police et la gendarmerie françaises mettent fin, ce 15 mai, à 18 mois de formation de leurs homologues sud-africains. Et FrenchBafana.com a assisté à leur dernier exercice de maintien de l'ordre.

 

Voici le reportage diffusé le 9 mai sur RTL, dans le journal de 8 heures.

 

 

 

Un programme exclusif

 

S'il y a bien une chose qui ne dépaysera pas les supporters tricolores pendant la Coupe du monde, c'est l'accoutrement et les méthodes de la police sud-africaine !

 

Cordon sécuritaire - Pierrick Lieben 2010

Cordon sécuritaire devant le stade d'Ellis Park - Pierrick Lieben 2010

 

Depuis octobre 2008, elle est formée et entraînée par des CRS et des gendarmes français. Cette coopération porte sur deux aspects : le contrôle des foules (sujet du reportage) et les opérations spécialisées. Ce dernier volet, entouré du plus grand secret, est mené par le Raid.

 

Au total, une quarantaine d'agents français se seront rendus en Afrique du Sud pour mener à bien ces programmes. Ils s'accompagnent de commandes de matériel et d'équipements... c'est même l'un des intérêts de ce genre de relations bilatérales.

 

 

Une démonstration... pas très convaincante !

 

Un message subliminal, pendant l'exercice ? - Pierrick Lieben 2010Le dernier exercice encadré par les "Bleus" a servi d'ultime revue de détails, avant qu'ils ne rentrent au pays et ne laissent les Sud-Africains s'entraîner seuls. Il était également censé montrer à la presse combien la police était "plus que prête" pour la Coupe du monde. Le tout c'est d'y croire...

 

Avec une trentaine de faux manifestants, difficile en effet d'avoir une idée précise de la capacité des autorités à maîtriser une foule en colère, sans parler d'une bande de hooligans déchaînés. Mais malgré ce nombre restreint d'opposants factices, les forces de l'ordre ne sont pas parvenues à en empêcher certains d'atteindre les grilles du stade !

 

Il y a encore quelques détails à régler... - Pierrick Lieben 2010

Il y a encore quelques détails à régler... - Pierrick Lieben 2010

 

Autre exemple, tout aussi frappant. Lors d'une simulation de bagarre, ils accumulent les erreurs. La première, expliquée par le gendarme en charge de la supervision.

 

 

Pour mieux comprendre, voici ce que cela donne, sur les images de la caméra de surveillance :

 

Exercice raté... - Pierrick Lieben 2010

La flèche rouge indique le lieu de la bagarre.

Les policiers se sont déployés au mauvais endroit (flèche noire) : ils auraient dû être à l'intérieur du cercle vert...

Pierrick Lieben 2010

 

Seconde faute : ils évacuent les deux groupes de supporters en même temps... ce qui leur permet de poursuivre le combat à l'extérieur !

 

Exercice pas très concluant donc, alors même qu'il avait été répété plusieurs fois, les jours précédents.

 

Ceci étant dit, d'autres scénarios ont été parfaitement exécutés. En tout cas, mieux que celui-ci !

 

 

Quand la police fait son show...

 

La police fait son Au lendemain de cette démonstration, la police a invité la presse à l'une de ses (nombreuses) présentations de matériel flambant neuf. Une autre est prévue lundi à Johannesburg, mais cette fois, il s'agira d'une parade dans les rues !

 

Je vous propose donc un petit aperçu de ces machines rutilantes...

 

Mais parlons d'abord des hommes ! Pour la Coupe du monde, la police a bénéficié d'une enveloppe budgétaire de 130 millions d'euros. De l'argent frais investi, pour moitié, dans le recrutement et la formation.

 

Ca va barder ! - Pierrick Lieben 2010

Ca va barder ! - Pierrick Lieben 2010

 

44.000 agents seront en poste le temps de la compétition. Chaque soir de match, 800 à 900 policiers seront déployés autour des stades.

 

Un agent de la Public Order Policy, devant des membres de la Tactical Response Team - Pierrick Lieben 2010

Un agent de la Public Order Policy,

devant des membres de la Tactical Response Team - Pierrick Lieben 2010

 

A leur disposition, du lourd. Du très lourd même !

 

Bouton drapeaucent BMW pour sillonner les autoroutes (bizarrement, aucune voiture française n'a été achetée par la police sud-africaine pour cette mission...!) :

 

Des BMW, plutôt que des Renault, pour la police sud-africaine... - Pierrick Lieben 2010

 

Bouton drapeaudes canons à eau, qui ont déjà prouvé leur efficacité lors des manifestations de la population contre le manque de service public; preuve qu'ils avaient tort, ils ont été dispersés par ces camions de la police... :

 

Un canon à eau de la police sud-africaine - Pierrick Lieben 2010

 

Bouton drapeauquelque 40 hélicoptères :

 

La Coupe du monde vue du ciel... - Pierrick Lieben 2010

 

Bouton drapeauet quatre centres de commandement mobiles ; les Français qui les ont utilisés pendant leur formation rêvent d'avoir les mêmes... :

 

Unité mobile - Pierrick Lieben 2010

 

Les moyens sont donc là, les hommes aussi. Tout dépendra à présent de la manière dont ils seront mobilisés, et du type d'opposition qu'ils auront à affronter durant la Coupe du monde.

 


N'oubliez pas de voter, sur FrenchBafana.com, pour votre Guignol préféré !

FCR FrenchBlog Feb2010

Publié dans Corner

Commenter cet article

Stéph 21/05/2010 09:41


Une question : quand tu marques le matériel est mis à disposition, c'est à dire ? matériel français qui sera manié par des français ou matériel donné ?


Pierrick Lieben 21/05/2010 11:42



La France a participé à des appels d'offre sud-africains, en parallèle à son programme de formation. Elle en a remporté quelques uns. Le matériel a donc été acheté et sera manié par la police
locale, si c'est le sens de ta question.


La mission des Français est désormais terminée, ils laissent les Sud-Africains se débrouiller seuls pour la suite des événements. Il y aura en revanche 6 à 8 agents présents pendant le Mondial,
mais chargés de suivre les supporters des Bleus. Ce n'est pas une particularité : chaque pays participant enverra le même nombre de personnes pour remplir la même tâche de surveillance.