La sécurité, marché porteur en Afrique du Sud

Publié le par Pierrick Lieben

La criminalité est une plaie pour l'Afrique du Sud. Elle est aussi une formidable opportunité d'affaires.

 

Des agences qui patrouillent dans les rues résidentielles aux gardes postés à l'entrée des parcs d'entreprises, en passant par les installateurs de clôture électrifiée, la réalité, et le sentiment, d'insécurité ont ouvert un marché porteur, sur lequel surfe un grand nombre de sociétés plus ou moins sérieuses.

 

Ce genre de panneau est quasiment aussi populaire que le numéro de rue, à l'entrée des maisons - Pierrick Lieben 2010

Le numéro de rue d'une maison est bien souvent moins important

à afficher sur le mur que ce genre de panneau...

Il indique le nom de la compagnie en charge de la surveillance de la propriété.

"Réponse armée" précise celui-ci - Pierrick Lieben 2010

 

La Coupe du monde leur a donné un élan supplémentaire. L'arrivée des équipes, VIP et autres vedettes internationales, toutes soucieuses d'assurer leurs arrières, ont fait grimper la demande. Exemple, dans ce reportage diffusé le lundi 7 juin, dans le journal de 18h sur RTL, avec la société Pasco Risk, qui conseille la Fédération anglaise :

 

 

Ce marché de la sécurité est tel en Afrique du Sud qu'il y a plus d'agents privés (environ 300.000) que de policiers (190.000 au total) ! Et certains commissariats font appel à leurs services pour être protégés...

 

 

Des maisons emmurées

 

Il n'y a pas que pendant la Coupe du monde que la psychose sécuritaire est palpable. Elle l'est en fait tous les jours, à chaque coin de rue. L'envolée de la criminalité, après la fin de l'apartheid, a conduit les propriétaires à s'équiper au maximum pour éviter les mauvaises surprises. D'autant que les cambriolages peuvent rapidement dégénérer.

 

Voici, par exemple, une maison typique d'un quartier résidentiel :

 

De hauts murs, surmontés d'une clôture électrifiée, et un portail automatique... bienvenue en Afrique du Sud ! - Pierrick Lieben 2010

De hauts murs, surmontés d'une clôture électrifiée, et un portail automatique...

bienvenue en Afrique du Sud ! - Pierrick Lieben 2010

 

Equipement incontournable, la clôture électrique - Pierrick Lieben 2010Equipement incontournable, la clôture électrique - Pierrick Lieben 2010

 

Autant dire que les rues ne sont pas très amicales : elles se résument à une succession de remparts, derrière lesquels chacun essaie de se protéger, ou se cacher, du monde extérieur.

 

A l'intérieur des maisons, les mêmes précautions sont prises...

 

Une porte seule ne suffit pas, elle est bien souvent doublée d'une grille en fer - Pierrick Lieben 2010Une prison ? Non, une protection à chaque fenêtre... - Pierrick Lieben 2010

Une porte seule ne suffit pas...

elle est souvent doublée d'une grille en fer.

Les fenêtres sont, elles, dotées de barreaux,

qui donnent une fausse impression de vivre en prison !

Pierrick Lieben 2010

 

A défaut de faire tomber tous ces obstacles physiques, la Coupe du monde aura au moins eu le mérite de faire chanceler les barrières mentales du pays, en faisant sortir chacun de chez soi pour partager une même émotion devant un match de football. Sans distinction de couleurs, et sans crainte pour sa vie.

 


Votez pour votre chanson officielle préférée, sur FrenchBafana.com !

FCR FrenchBlog Feb2010

Publié dans Corner

Commenter cet article

M.A.M. 10/07/2010 10:46


habites-tu dans un logement aussi protégé ?
n'en font-ils pas trop ? ce qui peut être aussi contraire à l'effet souhaité ou est-ce vraiment nécessaire ?


Pierrick Lieben 12/07/2010 11:24



J'ai la chance d'avoir une large baie vitrée sans grilles, ce qui est une sorte de "luxe" à Johannesburg. J'ai bien sûr des barreaux aux autres fenêtres et une double porte d'entrée.


Il y a probablement des excès, en particulier certains quartiers qui sont transformés en véritables prisons à ciel ouvert, avec rues privatisées, gardes à l'entrée, rondes de nuit, barbelés,
etc.. Ces mesures ont peut-être un effet dissuasif, et psychologique pour celui qui les installe.


Cela dit, les Sud-Africains vivent et grandissent dans cet environnement. Cela finit donc par leur paraître "normal".



Stéph 07/07/2010 16:27


En fait, cela ressemble bcp au paysage du Kenya, où les maisons autour de Nairobi, sont "isolés" de la même manière.