27 avril - Elle est née, la démocratie sud-africaine !

Publié le par Pierrick Lieben

J -44 avant le début de la Coupe du monde de football, mais il y a 16 ans...

Les citoyens sud-africains sont appelés aux urnes, à l'occasion des premières élections démocratiques libres du pays.

La libération de Nelson Mandela en 1990 n'a pas tout résolu en Afrique du Sud. Il faut encore quatre années de tractations, d'intimidations et de détermination pour que les parties en présence se mettent d'accord sur un nouveau partage du pouvoir et une Constitution intérimaire.

Nelson Mandela devient, le 10 mai 1994, premier Président noir d'Afrique du Sud - ReutersLe 27 avril 1994, enfin, l'Afrique du Sud devient démocratique. Chaque citoyen sud-africain, quel que soit sa couleur de peau, a désormais le droit de vote. Et pour ce premier scrutin au suffrage universel, ils sont nombreux à avoir décidé de l'utiliser.

Malgré les attentats des jours précédents et les craintes de violences, des files d'attente gigantesques se forment devant les bureaux de vote. On vient parfois de loin pour faire entendre sa voix. Glisser son bulletin dans l'urne représente, pour beaucoup, l'aboutissement de plusieurs décennies de lutte, de frustration et de brimades.

William Mackenzie, de l'association Ubuntu, se souvient avec émotion de cette journée unique pour ses compatriotes. Installé en France, il n'a pas pu voter à cette élection, puisqu'il était en Afrique du Sud ce 27 avril.

 

Sans surprise, l'ANC de Nelson Mandela remporte l'élection avec 62,65% des voix. Le 10 mai, Madiba devient officiellement le premier Président noir de la République, le premier chef d'Etat de la "nouvelle Afrique du Sud".

 

Son investiture officielle, le 10 mai, reste l'un des souvenirs les plus forts qu'ait vécu Didier Lemaire dans le pays. Ce prêtre français était alors missionnaire à Soweto.

 

 

 

Le renouveau du 27 avril

 

La journée est désormais fériée en Afrique du Sud. On l'appelle le "Freedom Day", Jour de la Liberté.

 

Mais cette année, le Président Jacob Zuma a décidé d'y associer une célébration particulière, avec l'espoir d'instituer ainsi une nouvelle tradition républicaine.

 

Jacob Zuma, lors de la cérémonie des National Orders - Pierrick Lieben 2010

Jacob Zuma, lors de la cérémonie des National Orders - Pierrick Lieben 2010

 

Il a ainsi fait coïncider le 27 avril avec la remise des National Orders, l'équivalent de nos Légions d'Honneur.

 

Cette date, a-t-il expliqué "marque le jour où nous avons, tous ensemble, enterré l'apartheid et sommes entrés dans une ère de liberté, de justice et de non-racialisme. (...) C'est aussi le jour où nous avons prouvé au monde que nous étions une nation unique. Nous avons démontré que nous étions capables de surmonter le système d'apartheid pour construire un pays qui appartient à tous".

 

"Ces idéaux (de liberté, d'égalité, de paix et de justice) se retrouvent dans les National Orders", a-t-il expliqué pour justifier son choix.

 

 

Coup d'oeil sur la promotion 2010

 

Année de la Coupe du monde de football oblige, la cérémonie n'a pas échappé à la fièvre du ballon rond.

 

L'Afrique du Sud a ainsi décidé d'honorer Sepp Blatter, le président de la FIFA, pour son "exceptionnelle contribution au développement du sport et son soutien à l'organisation d'une Coupe du monde sur le sol africain".

Issa Hayatou se fait remettre sa décoration par Jacob Zuma - Pierrick Lieben 2010

 

Autre ponte décoré, Issa Hayatou, le président de la Confédération africaine de football, pour ses efforts "en faveur du développement du foot en Afrique".

 

Clin d'oeil plus local, la Makana Football Association a également reçu un Ordre national.

 

Cette ligue est un cas atypique dans l'histoire : elle a été montée sur l'île-prison de Robben Island, par les détenus politiques de l'apartheid. Ils se sont battus contre l'administration pénitentiaire pour obtenir le droit d'organiser un championnat, selon les strictes règles définies par la FIFA. Un combat symbolique dans l'un des lieux les plus lugubres et sinistres du régime raciste.

 

Ancien prisonnier politique, Jacob Zuma a d'ailleurs rappelé qu'il avait été lui-même capitaine d'une équipe, arbitre et lauréat du titre de meilleur joueur de la Makana Football Association, à l'issue de l'une de ses saisons !

 

 

Le bonus de French Bafana

 

L'Afrique du Sud a célébré sa liberté et ses héros en ce 27 avril... Je vous propose donc de mettre votre main sur le coeur et d'écouter solennellement l'hymne national sud-africain !

 

 

Ce chant est un exemple parfait de la réconciliation symbolique, voulue par Nelson Mandela, après 1994.

 

A l'origine, Nkosi sikelel' iAfrika ("Que Dieu bénisse l'Afrique") est une chanson xhosa (l'une des onze langues officielles) écrite en 1897, et considérée par la suite comme l'hymne national de la majorité noire, par opposition à celui de la République blanche, Die Stem ("L'Appel").

 

En 1996, ces deux chants, jusque là concurrents, fusionnent en un seul morceau.

 

Ce qui donne aujourd'hui une strophe en xhosa, une autre en sotho, une troisième en afrikaans et une dernière en anglais. Certes, pas facile à apprendre, mais un bel exemple de syncrétisme et de promotion de l'unité nationale !

 

Si je résume, il vous reste un peu plus d'un mois pour l'apprendre par coeur et frimer devant les copains, lors du match Afrique du Sud-France, le 22 juin... Chiche ?

 


Et n'oubliez pas de voter, sur FrenchBafana.com, pour votre Guignol préféré !

FCR FrenchBlog Feb2010

Publié dans Temps additionnel

Commenter cet article

lieben 12/05/2010 00:13


MOI JE VEUX BIEN APPRENDRE MAIS JE N'AI PAS LES PAROLES.ALORS FRENCH BAFANA AU BOULOT ET PUIS ON TRANSMET AUX JOUEURS FRANCAIS QUI SONT SELECTIONNES LA LISTE VIENT DE TOMBER BONNE SOIREE


Pierrick Lieben 12/05/2010 01:08



Il faut cliquer sur "l'apprendre par coeur" pour accéder aux paroles... sinon, c'est ici ! Bon courage...



quidonc 11/05/2010 10:58


alors tu peux t'enregistrer et nous faire voir que tu le connais l'hymne ? Merci


Pierrick Lieben 11/05/2010 15:12



C'est déjà fait : si vous tendez l'oreille, vous m'entendrez dans la chorale qui interprète l'hymne mis en ligne...!!!